Conférence “Entreprises et droits de l’homme » organisée par l’UEL et l’INDR en collaboration avec le Ministère de l’Economie et son point de contact national des principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales

le 22 octobre 2019 à 17h00 à la Chambre de Commerce, Luxembourg-Kirchberg

La globalisation et l’intensification des interactions entre entreprises et Etats, individus, société civile, clients etc. ont fortement accentué la responsabilité qu’ont les entreprises, surtout transnationales, pour protéger les droits de l’homme en réduisant, voire éliminant les impacts négatifs de leurs activités en termes économiques, sociaux et environnementaux, et en ouvrant l’accès à des voies de recours.

La conférence s’inscrit dans les points d’action retenus dans le 1er Plan d’action national (PAN) pour la mise en oeuvre des Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme 2018-2019, initié par le ministère des Affaires étrangères et européennes, et à l’élaboration duquel l’UEL et l’INDR ont activement participé. Elle fait suite à une première conférence organisée par le ministère des Affaires étrangères et européennes le 7 juin 2019.

Dans le cadre de cette conférence qui présentera le contexte international et national du sujet, une table ronde réunira des acteurs économiques pour s’échanger sur le respect des droits de l’homme en entreprise, la mise en œuvre d’une politique de diligence raisonnable et les difficultés rencontrées, les moyens mis en œuvre, les remèdes en cas d’incidents, la mise en place de voies de recours, l’engagement de l’entreprise à s’acquitter de ses responsabilités en la matière, etc. Les bonnes pratiques serviront à informer les entreprises non encore sensibilisées à cette thématique. Les langues de travail de la conférence seront le français et l’anglais.

Pour l’UEL et l’INDR, la sensibilisation des entreprises est une priorité afin de leur fournir les éléments nécessaires pour saisir non seulement les attentes à cet égard, mais aussi l’opportunité que le respect des Principes directeurs peut présenter en termes de compétitivité et de gestion du risque, en particulier de réputation. Les Principes directeurs n’édictent pas de nouvelles obligations juridiquement contraignantes pour les entreprises ; la diligence raisonnable préconisée dans le plan d’action national est une approche volontaire. Afin d’encourager toutefois les entreprises dans la voie d’une diligence en matière de droits de l’homme, l’UEL et l’INDR appuient les initiatives de formation à destination des entreprises. D’un point de vue normatif, la labellisation ESR–Entreprise Responsable (stratégie RSE, gouvernance, social, environnement), octroyée par l’INDR et soutenue par l’UEL, comporte la dimension des droits de l’homme. Les entreprises sont incitées à formaliser leur démarche en s’inscrivant dans le Guide ESR pour s’auto-évaluer (www.esr.lu).

 

Un programme détaillé ainsi que les modalités d'inscription seront disponibles prochainement.

 

Documents

La promotion de la compétitivité de l’économie nationale est un souci majeur et constant de tous les acteurs économiques. Pour assurer une croissance économique durable, pérenniser les systèmes de sécurité sociale et financer le progrès social, il est indispensable d’améliorer constamment l’attractivité et la compétitivité de l’économie luxembourgeoise par la mise en place d’un environnement législatif et réglementaire favorable aux entreprises.

L'UEL élabore, de concert avec ses membres, les positions des entreprises sur des sujets interprofessionnels, les défend auprès des pouvoirs publics et des syndicats et les présente aux médias. L’UEL s’engage activement dans le débat sociopolitique, dans le respect du développement durable et de la responsabilité des entreprises.

 

 

Sur tous les sujets qui sont de son domaine de compétence, l'UEL est régulièrement amenée à élaborer des dossiers de fond pour soutenir ses prises de positions. Les domaines concernés sont : l'économie et la fiscalité, l'emploi et les relations de travail, la sécurité sociale, le développement durable, l'éducation et la formation, la simplification administrative, la concurrence... En toute transparence, l'UEL publie ses réflexions.